La communication agricole 

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Tribune d'Anne Dumonnet-Leca, présidente du Syrpa : La com’ agricole, moins centrée sur le monde agricole pour recréer du lien avec les consommateurs, elle devra veiller aussi à rassembler !

#JaimeLaCom

Les consommateurs et les citoyens, inquiets pour leur santé ont bousculé le monde agricole et alimentaire, et par extension, les services de communication des entreprises, coopératives et organisations professionnelles agricoles.

Anne Dumonnet-Leca, présidente du Syrpa, l’union des communicants de l’agriculture, de l’environnement et de l’alimentation. 

En écho à la prise de conscience de l’importance de l’agriculture dans notre quotidien et notre alimentation, la communication agricole se développe autour d’une nouvelle approche : d’une part, digitale, notamment via les réseaux sociaux, afin de multiplier les points de contacts ; d’autre part, de manière plus directe auprès des parties prenantes comme la société civile et les pouvoirs publics. Un métier passionnant au cœur des préoccupations des consommateurs et des citoyens.

La 7ème édition de l’observatoire Syrpa des métiers de la communication en agriculture est l’occasion de réaffirmer l’importance du métier de communicant dans un secteur aussi passionnant que complexe comme l’agriculture.

Trois enseignements se dégagent en 2021 :  

#1 Le secteur agricole donne du sens au métier de communicant 

« Soyons des militants de la cause agricole et de nos métiers » affirme haut et fort Cécile Quetglas, responsable communication et ressources humaines d’Allice*. Comme elle, 81 % des communicant.e.s agricoles sont particulièrement fiers de travailler dans ce secteur. Ils/elles affichent leur attachement et leur implication, …et souvent même de la passion ! Travailler pour l’agriculture est pour eux/elles porteur de sens, d’autant plus dans ce moment où celle-ci se réinvente ; au moment où toute la société la questionne et où les attentes sociétales n’ont jamais été aussi fortes.

« On a la chance de travailler dans un secteur essentiel, avec le sentiment de contribuer à nourrir la planète » constatent Constance Tuffet de Bayer tout comme Anaïs Maury d’Ynsect. 

C’est souvent un secteur que l’on choisit par hasard pour 40 % des communicant.e.s. En revanche, on choisit d’y rester !  

Baromètre : Marketing de l’engagement, nouvelle stratégie de marque ?
Lire le Livre Blanc

#2 Le communicant en agriculture dialogue davantage avec de nouveaux publics

C’est la marque d’une ouverture, certes, récente mais bien réelle.

Les consommateurs et les citoyens, inquiets pour leur santé ont bousculé le monde agricole et alimentaire, et par extension, les services de communication des entreprises, coopératives et organisations professionnelles agricoles. Dans ce monde d’hypercommunication, il est fondamental d’apporter une information posée sur des questions d’alimentation, d’environnement et de bien-être animal qui touchent les consommateurs comme les citoyens.

Il est donc primordial pour les communicant.e.s d’être à l’écoute de tous les publics et des différents acteurs de la société afin de les engager dans une réflexion et une conversation sur le long terme. Les messages ont dû ainsi se faire moins techniques pour mieux intégrer les préoccupations sociétales. Ainsi, les personnes recrutées sont de plus en plus issues d’une formation de communication. Les communicant.e.s de formation initiale en communication représentent aujourd’hui 41 % versus 27 % en 2016. A l’inverse, en 5 ans, le poids des communicant.e.s de formation initiale en agriculture est passé, de 46 % à 35 %.

#3 Le digital, connecteur entre le monde agricole et les consommateurs 

Le monde des communicant.e.s de l’agriculture a adopté rapidement les nouveaux outils et canaux de communication, notamment les réseaux sociaux.

Entreprises privées, coopératives, organisations et fédérations agricoles tout comme les agriculteurs et les agricultrices, sont actifs sur les différents réseaux sociaux. Instagram ou Tik-Tok afin de cibler les plus jeunes, Facebook et Twitter, bien évidemment et plus récemment, Clubhouse. 

La place des réseaux sociaux et du digital s’est vue confirmée par la crise sanitaire actuelle : la communication digitale et les réseaux sociaux arrivent en seconde position dans le top des activités des communicants, après l’événementiel et avant les relations presse.

Baromètre : Marketing de l’engagement, nouvelle stratégie de marque ?
Lire le Livre Blanc

Ma vision de la communication agricole : plus de transparence et de collaboratif 

Pensons la communication agricole comme un art de la paix et non comme une guerre pour convaincre !

Je vois trois éléments déterminants, qui sont autant de vœux que je fais pour la communication agricole.  

La transparence

Dans la lignée des portes ouvertes des exploitations agricoles et des usines agroalimentaires, je suis convaincue que la transparence va tenir un rôle essentiel dans la communication du monde agricole. Il n’est que temps, après des années de mutisme et une série de scandales sanitaires et alimentaires qui ont terni l’image de la chaîne alimentaire…

Pour autant, la transparence est un exercice compliqué, trop souvent teinté d’opportunisme et de greenwashing. Les acteurs de la communication agricole devront donc particulièrement veiller à être sincères et cohérents dans leurs messages.   

Un message positif

Par ailleurs, il m’apparaît essentiel que les acteurs du monde agricole s’accordent sur un message positif autour de la richesse des agricultures sans les opposer entre elles. Et cela est d’autant plus important, que le passage à une agriculture plus durable, plébiscitée par les consommateurs, ne peut se réaliser du jour au lendemain. Ce point constitue pour moi le passage obligé pour valoriser le travail des agriculteurs.

Un message unanime

Il faudra enfin et surtout que ce message soit porté collectivement par tous les acteurs du monde agricole, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui ! Cela me paraît indispensable pour aborder de manière plus sereine les grands enjeux de la souveraineté alimentaire et du renouvellement des générations en agriculture.   

Baromètre : Marketing de l’engagement, nouvelle stratégie de marque ?
Lire le Livre Blanc


*Allice : union des coopératives d’élevage de sélection et de reproduction animale.

Anne Dumonnet-Leca est linguiste de formation et diplômée en marketing et communication, elle est directrice du développement au sein du groupe France Agricole, premier groupe de médias agricoles et présidente du Syrpa depuis 2019. 

Le Syrpa est la seule association de communicants du monde agricole. Son ambition est de hisser la communication au rang d’outil stratégique pour les acteurs du monde agricole. 

Ses missions principales : 

  • Accompagner les communicants dans l’exercice de leur métier.
  • Prendre part aux évolutions de la communication, liée à l’agriculture, l’environnement et l’alimentation en analysant ses enjeux et en apportant un éclairage sur ses tendances. 
  • Animer une communauté de près de 400 communicants au sein de l’écosystème agricole et en interaction avec toutes ses composantes. 

Pour plus d’informations : syrpa.com / Twitter : @SYRPAcom / LinkedIn : linkedin.com/company/syrpa

Marc Michiels

Marc Michiels

Rédacteur en chef : Donner la parole à l’autre sous la forme d’une tribune, une interview est en quelque sorte se donner à lire, comme une part de vérité commune… / Retrouvez-moi sur LinkedIn

Vous aimerez aussi

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.