Le name and shame ne peut pas être un principe de communication publique

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Tribune de Frédéric Fougerat, Directeur de la Communication et de la RSE du Groupe Foncia : Le name and shame désigne le fait de recourir à la dénonciation publique dans l’intention de provoquer un sentiment de honte ...

#JaimeLaCom

Il n’est pas ici question de valoriser un principe ou une idée, mais de les imposer, par la force, par la pression populaire, que le sujet soit juste ou qu’il ne le soit pas. Il n’est pas question de s’appuyer sur la Justice, mais de se faire justice soi-même.

Frédéric Fougerat, Directeur de la communication et de la RSE du groupe Foncia

Nommer pour faire honte. Voilà une pratique anglo-saxonne qui fait de plus en plus d’émules, encouragée par l’écho amplificateur que peuvent donner à tout bruit les médias et les réseaux sociaux. Le name and shame désigne le fait de mettre au pilori une personne, une organisation privée ou publique, voire un gouvernement. Le principe est simple. Il s’agit d’avoir recours à la dénonciation publique, à la délation ouverte, dans l’intention de provoquer un sentiment de honte, d’appliquer une pression pour tenter d’imposer la modification de pratiques, de comportements…

Name and Shame. Une technique de communication ?

La mécanique du name and shame est intéressante à analyser, car elle est proche d’une technique de communication : avoir un impact ou provoquer une émotion pour susciter une réaction. Si la démarche s’apparente à une stratégie de communication, son intention est toute différente.

En effet, il ne s’agit pas là de promouvoir, mais de dénoncer. Il n’est pas ici question de valoriser un principe ou une idée, mais de les imposer, par la force, par la pression populaire, que le sujet soit juste ou qu’il ne le soit pas. Il n’est pas question de s’appuyer sur la Justice, mais de se faire justice soi-même.   

Ce principe, et l’engouement qu’il suscite, est inquiétant à double titre dans une démocratie. D’une part, parce que la Justice est un des piliers de ce régime politique, et participe à en garantir les fondements. D’autre part, parce que certains États peuvent aussi avoir recours au name and shame, parfaitement contraire à l’État de droit.

Étude – La crise et les marketeurs/communicants : impact, projets, ROI des actions…
Lire le Livre Blanc

Les conséquences de son utilisation

On peut comprendre ou imaginer qu’une personne isolée, désespérée, à bout de solutions face à une situation qui lui paraitrait être une injustice puisse utiliser le name and shame comme une forme de dernier recours. Cette personne s’exposera néanmoins au risque de poursuite pour diffamation ou injures publiques, si elle n’est pas en capacité de prouver ses dires, de démontrer des faits qu’elle dénonce.

Dans le cas d’un État, de ses représentants, de parlementaires,ce sont eux qui présentent, proposent et font la loi. Il parait donc incohérent, inacceptable, qu’ils s’en affranchissent, ou privilégient une justice populaire, une justice de l’émotion, de la rue ou des réseaux sociaux, à celle des tribunaux et de la loi, qu’ils proposent, écrivent, votent, et qu’ils sont donc supposés représenter et respecter.

Même si c’est anecdotique au regard de mon propos général, le name and shame me paraît particulièrement condamnable quand il est utilisé par un représentant de l’État, car il peut être porteur d’erreurs, et donc source d’injustice. Quand on nomme une entreprise à la place d’une autre, quand on montre du doigt une personnalité qui n’est pas la bonne, quelle réparation ? Quelles excuses ? Quelle responsabilité ? Généralement aucune. La parole de la puissance publique et le rouleau-compresseur de l’actualité écrasent tout sur leur passage, sans se préoccuper outre mesure d’une éthique bafouée en prétendant généralement en défendre une autre.

Étude – La crise et les marketeurs/communicants : impact, projets, ROI des actions…
Lire le Livre Blanc

Le vrai rôle de la communication

La communication peut se mettre au service de la Justice. Elle peut jouer un rôle fort d’accompagnement d’une enquête, d’un procès, d’un jugement, quelles que soient les parties. Elle peut jouer un rôle de pédagogie d’un sujet, de décryptage d’une affaire, de prise de parole de protagonistes, pourquoi pas orienter voire manipuler l’opinion. En revanche, il ne lui appartient pas de rendre la Justice.  

Chacun, en fonction de son éthique de la communication, appréciera les limites de ses missions et responsabilités. Mais à aucun moment il ne devrait abuser de sa position, de son pouvoir, de son autorité, pour se substituer à une institution. C’est d’autant plus vrai en communication publique.

La pratique du name and shame peut elle-même être rattrapée par la Justice. Une dénonciation peut créer des préjudices de réputation ou financiers. Ses victimes peuvent donc être amenées à en exiger réparation. Elle peut également provoquer des délits condamnables comme la diffamation, l’injure publique, la diffusion de fausses nouvelles… Mais quand la réputation est entachée, aucune réparation ne peut remédier à l’irresponsabilité de celles et ceux qui, dans l’exercice de leurs fonctions, se sont abandonnés à la facilité de la délation. Une pratique qui ne peut vraiment pas être considérée comme un principe de communication publique.

Marc Michiels

Marc Michiels

Rédacteur en chef : Donner la parole à l’autre sous la forme d’une tribune, une interview est en quelque sorte se donner à lire, comme une part de vérité commune… / Retrouvez-moi sur LinkedIn

Vous aimerez aussi

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.