Evaluer un sommet international sur l’évaluation par Francis Ingham*

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook

Début juin s’est tenu le sommet annuel de la mesure, à savoir, le sommet annuel de l’AMEC. Comme il sied à une organisation qui aspire à la clarté et la rigueur, l’événement a été organisé dans la toujours aussi propre, toujours aussi polie, et toujours aussi organisée Stockholm. Et comme il sied à une organisation sérieuse, l’ordre du jour était délibératif et, ainsi, sérieux.

 

Culture RP et l'Argus de la presse pour la semaine de la mesure

 

Deux jours de débats. Ce que j’en retiens ?

Tout d’abord, pour un sujet nécessairement ardu, les participants l’AMEC sont engagés dans leur désir de changement. Ils ont une vision de l’avenir, et sont déterminés à le construire.

Deuxièmement, nonobstant cette passion, ils reconnaissent la complexité de la tâche. La recherche d’une solution magique est révolue depuis longtemps. Il est question maintenant de principes, de référentiel, de méthodes d’analyse.

Troisièmement, ils ont un programme.

Les engagements de l’AMEC :

– A développer et lancer un nouveau référentiel de la mesure pour refléter la réalité de communications intégrées.
– A investir dans une campagne mondiale de relations publiques et de sensibilisation pour réaffirmer notre soutien aux principes de Barcelone et au nouveau référentiel des communications intégrées et sensibiliser le marché à l’importance de la mesure.
– A travailler encore plus activement avec tous les membres de l’AMEC au niveau international, avec les associations de relations publiques partenaires, les annonceurs et les universitaires, partout dans le monde pour faire de la mesure une pratique « mainstream ».
Au cours de la séance de clôture au cours de laquelle ces engagements ont été dévoilés, David Gallagher, le président de l’ICCO, Barry Leggetter et Jeremy Thompson, m’ont interpellé dans le public et m’ont demandé si je pouvais engager les 31 associations membres de l’ICCO à travailler en étroite collaboration avec AMEC et contribuer à leur programme.

En tant que Directeur d’une organisation représentant plus de 2.000 agences dans le monde entier, ma réponse a été un oui sans équivoque. ICCO a une place privilégiée pour aider à transformer ces engagements en réalité.

Nous allons maintenant nous mettre au travail. Car ce qui ressort clairement de nos réflexions au sein de l’ICCO et de PRCA, c’est que la mesure et l’évaluation sont au cœur de l’avenir de PR. Et si nous ne pouvons pas expliquer exactement ce que nos efforts ont produit, alors nous ne pourrons jamais atteindre notre plein potentiel.

Une dernière pensée … Le prochain sommet de l’AMEC est à Londres.
C’est un excellent choix.

En tant que représentant à la fois l’ICCO, la plus grande organisation internationale regroupant les associations RP et aussi la PRCA, la plus grande association RP en Europe, toutes deux basées ici à Londres, il ne pouvait y avoir de lieu plus approprié. Londres devrait être un sommet qui rentrera dans les annales.

 

 

Francis Ingham directeur général de PRCA pour Culture RP

 

 

 

 

*Francis Ingham est directeur général de PRCA – la plus grande association RP d’Europe (regroupant 18 000 professionnels en agence, en interne ou en tant qu’indépendant) et a pour mission d’établir la direction stratégique de l’organisation. Il intervient depuis de nombreuses années sur les enjeux de relations et affaires publiques. Avant de rejoindre PRCA, Francis était notamment directeur général adjoint et responsable des affaires publiques à la Chartered Institute of Public Relations,  il a également été conseiller politique pour le Parti Conservateur, et a dirigé la politique du gouvernement local et régional à la CBI.

 

 

 

 

culturerp

culturerp

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.