Evénement l’Adetem Marketing Factory 2015, Interview de Pierre de Perthuis

Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook

Dans le cadre de l’événement l’Adetem Marketing Factory 2015, prévu le jeudi 26 novembre à l’Usine, le comité de programme vous réserve les keynote speakers les plus inspirants, des workshops interactifs sur les thèmes suivants : Objets connectés, transformation numérique, open innovation, connaissance client.

Adetem Marketing Factory 2015

 

Culture RP, partenaire de l’événement a rencontré Pierre de Perthuis, Co-fondateur – Compte nickel. Pour qu’il nous éclaire sur son intervention à la table ronde de  9h35 – 10h30 : Quand le digital transforme les entreprises. Quel rôle le marketeur peut-il jouer dans cette reconfiguration des organisations ?

Animation : Bruno Berthon, Managing Director – Accenture Strategy
Avec :
Pierre de Perthuis, Co-fondateur – Compte nickel
Laurence Paganini, DG – Kaporal
 Groupe
Pierre Calmard, Président – iProspect France
Grégory Desfosses, Chief Customer Experience & Digital Officer – BNP Paribas Cardif

Portrait Pierre DE-PERTHUIS

Quel est l’impact du digital dans la transformation des organisations ?

Je suis depuis 5 ans baigné dans une organisation « digital native ». Même si nous ne sommes pas un pure player, Compte-Nickel est né dans un environnement full Internet, son organisation aussi.

La gestion de nos comptes en temps réel, sans date de valeur, est au coeur de notre promesse. Cela impose une organisation dédiée « real time« .

Il n’en est pas de même pour nos principaux concurrents, les banques. L’arrivée du digital bouleverse les habitudes des clients et les structures suivent difficilement.

Quelles sont les « bonnes pratiques » organisationnelles entre le DSI et le Directeur Marketing pour créer de la valeur tout en répondant aux enjeux stratégiques de l’entreprise ?

Bien compliqué de faire parler les « technos » et les « marketeux ».  Mais rien de neuf sous le soleil : il a toujours fallu gérer les antagonismes entre l’usine et le commercial, la production et le marketing. La différence c’est que l’usine aujourd’hui, c’est de la techno.

C’est une question organisationnelle puis managériale. Ma conviction est qu’il est toujours possible de mobiliser les énergies autour d’une stratégie centrée clients, mais il faut pouvoir le faire.Les entreprises customers centric créent plus de valeur que les autres, elles se donnent les moyens de mobiliser les profils apparemment antagonistes et elles sont organisées en conséquence.

Quelle est votre définition du marketing augmenté ?

C’est le contraire du marketing diminué (qu’il vaut mieux éviter)

Comment gère t-on aujourd’hui le « time to market » dans une gestion optimisée des risques ?

No risk, no return. Le marché attend du temps réel dans toutes les occasions de contacts avec les marques et leurs produits. C’est une exigence redoutable et pleine de risques. Mais cet état d’esprit induit aussi une étonnante capacité d’oubli, heureusement.

Quelles seront les grandes tendances du marketing pour 2016 ?

Un téléspectateur regarde son mobile 27 fois par heure !

Où faut-il lui parler désormais ?

La consultation Internet sur mobile dépasse aujourd’hui les autres devices, sans parler des social apps. C’est une évolution majeure, récente et rapide.

Un défi pour les stratégies de contenu, les mix de moyens et un nouvel enjeu créatif. Passionnant…

Le retour des marques :  A force de faire du « brand content », du « native » et ne plus bouger sans interroger son data scientist, les marques s’affadissent, subissent une forme de nivellement et risquent de perdre leur personnalité.

A force d’optimiser en temps réel, de toujours être obsédé par la performance de l’écran, on oublie juste le message, les aspérités sont gommées.

Il y aura un retour du discours de marque, maîtrisé, affirmé et discriminant. Et c’est tant mieux.

 

Bio : Débute en 1980 comme journaliste puis fonde en 1984 Prosper, agence conseil en communication, avant de l’intégrer en 1989 au pôle hors média d’Eurocom (Havas). Co-fondateur en 1992 de The Sales machine, cédé en 1997 au groupe Havas, il prend la présidence du pôle marketing services d’ Euro RSCG. Associé fondateur d’une douzaine de projets depuis 2001, il est vice président du groupe ODA (gestion de risque des prix agricoles), ETO (marketing relationnel), et créateur du site Chaussetteonline. Il cofonde la Financière des Paiements Electroniques.

 

 

Programme : cliquez sur l’image 🙂

speakers Adetem Factory 2015
 

 

Marc Michiels :

– Chargé de la ligne éditoriale, Interviews : Culture RP
– Community Manager : @Culturerp  @Argusdelapresse
Artiste, Écrivain et Critique Littéraire : @lemotlachose @LaCauselit

 

 

 

 

culturerp

culturerp

S’inscrire aux alertes de Culture RP, c’est s’assurer de ne rien perdre de l’information mise à disposition sur notre blog.